Emotions plutôt que performance

Le projet se déroule dans la maison de santé Marie Galène.

Il consiste à créer un jardin à but thérapeutique dans l’établissement. Les soignants cherchent des réponses non médicamenteuses à apporter aux troubles cognitifs, relationnels et anxieux des patients, pour les aider à trouver du sens, à avancer encore, malgré la maladie et la dépendance, à vivre pleinement l’instant présent.

Lors des soins, le patient est plus dans la performance. Dans un jardin, il oublie plus facilement son corps et se laisse aller au ressenti, aux sensations, aux émotions.

 

Journée Mondiale d’Alzheimer

La Fondation Georges TRUFFAUT soutient l’association France Alzheimer et maladies apparentées à l’occasion de la journée mondiale Alzheimer, le 21 septembre.

Retrouvez les bénévoles de l’association du 17 au 24 septembre 2017 dans le village Alzheimer, gratuit et accessible à tous, situé sur la place de la bataille de Stalingrad à Paris.

 

 

Le jardinage présente de nombreux bienfaits pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Voici les principaux intérêts de l’hortithérapie et des jardins de soin :

 

Communiquer !

Lorsque la parole est fragilisée, le jardinage représente une bonne alternative pour maintenir un échange. Le jardin est un lieu clé de rencontre et favorise les visites de personnes de l’extérieur (Enfants, petits-enfants,…).

 

Stimuler les sens !

L’hortithérapie réveille les sens par la mémoire ! Odeurs, couleurs ou encore textures peuvent rappeler des souvenirs d’enfance. De plus, l’évolution des saisons et les différentes étapes de croissance des végétaux apportent des repères qui permettent de se situer dans le temps.

 

Se libérer !

La déambulation sans but est fréquente dans la maladie d’Alzheimer. Le jardin amène à une concentration et fait ainsi disparaitre cette notion d’errement.

 

Bien dormir !

Il est avéré que chez les malades d’Alzheimer, les cycles circadiens se dérèglent, entrainant des troubles du sommeil. Une exposition prolongée et quotidienne à la lumière du jour régule ces phases et permet de faire le plein d’énergie, chasser le stress et avoir un bon sommeil.

 

 

Démarche éco-école

L’association a pour but de contribuer à la formation du jeune citoyen par le développement de la responsabilité, du civisme, de l’autonomie au travers de la pratique d’activités physiques, sportives, d’activités socioculturelles.

 

Le projet se déroule dans le cadre de la démarche « éco-école ». Une équipe enseignante est mobilisée autour du développement durable et de la formation de futurs éco-citoyens.

Deux axes de travail dans notre projet de cette année : Les Déchets / La biodiversité. Ces axes se déclinent en différentes actions sur le terrain dont un projet de classe environnement en liaison avec l’élémentaire.

 

 

Jardin sur les toits

L’association a pour but de favoriser la réalisation de jardins en milieu urbain par l’intermédiaire de la végétalisation des toitures, façades et de tout espace urbain, ainsi que la récupération de l’eau de pluie et toutes activités orientés vers le développement durable.

Pas d’agriculture urbaine sans espace à cultiver ! Les recherches pour démarrer des expérimentations d’agriculture en ville ont porté leurs fruits. Depuis 2012, l’association a accompagné dans leur création et installation 8 jardins partagés, 4 jardins scolaires.

En 2015, Veni Verdi installe un potager de 220 m2 sur le toit terrasse d’Enedis au 6, rue d’Aboukir dans le 2è arrondissement. Un lieu de production nourricier au cœur de Paris, au plus proche des acteurs du quartier.

En 2017, l’équipe voulait aller plus loin, offrir un outil plus productif, plus pratique pour ceux qui y travaillent, plus esthétique et plus ouvert sur l’extérieur, sur l’échange et la transmission, la participation.

 

Priorité au jardinage en ZUP

L’association a pour but de favoriser la réalisation de jardins en milieu urbain par l’intermédiaire de la végétalisation des toitures, façades et de tout espace urbain ainsi que la récupération de l’eau de pluie et toutes activités orientés vers le développement durable.

 

 

Le projet soutenu ici se déroule dans le collège Pierre Mendès France (Paris 20ème), classé en Zone d’éducation Prioritaire. Il est né en octobre 2014 et a pour but de développer une micro-ferme maraîchère.

 

Le projet fonctionne avec les enfants du collège et avec des volontaires issus de tout horizon.

Au-delà de la culture des légumes, les enfants sont inclus dans les processus de transformation et de commercialisation afin de leur montrer l’étendue et la complexité du métier de maraîcher/jardinier et de leur donner goût à ces métiers. Ce projet a également pour but de sensibiliser les enfants à l’ensemble des thématiques de l’environnement et du bien vivre ensemble.

 

Des jardins familiaux, ilot de verdure

La MNE-RENE 30 est une association qui coordonne le réseau gardois des acteurs de l’éducation à l’environnement et au développement durable. Elle a pour objet la promotion et le développement de l’Education à la nature, à l’environnement et au Développement Durable dans le Gard.

 

 

La ville d’Alès abrite depuis 2010, des jardins familiaux : trente parcelles de 50m² aménagées dans un quartier dit sensible appelé « les Près-Saint-Jean ». Situés en bas d’une barre d’immeuble, ces jardins constituent un îlot de verdure et de bien être pour les habitants du quartier.

La MNE-RENE 30 s’implique dans ce projet depuis sa création en accompagnant des enfants de l’école maternelle de proximité dans la découverte, l’exploration, l’aménagement et la culture d’une parcelle pédagogique.

 

La Ferme du Rail, Lauréat du concours « Réinventer Paris » !

L’association TRAVAIL ET VIE a pour but de s’adresser à des adultes, hommes et femmes, confirmés dans l’exclusion par l’âge, l’errance et les échecs répétés. Elle propose de travailler et de vivre avec eux, seuls moyens de connaître et de reconnaître, de permettre la découverte ou la remise en valeur de capacités propres à chacun.

 

La Ferme du Rail est lauréate de l’Appel à Projets Urbains Innovants «Réinventer Paris », lancé en 2015 par la Mairie de Paris.

 

La Ferme du Rail entend être un centre de formation aux nouveaux métiers de la ville durable et faire évoluer vers des emplois de droit commun les personnes qu’elle aura formées et accompagnées. Le projet cherche ainsi à apporter un changement durable dans la vie de ses bénéficiaires.

 

 

Plus de deux ans se sont écoulés depuis que le jury de Réinventer Paris a désigné la Ferme du Rail lauréate sur la parcelle située au 2 bis rue de l’Ourcq, dans le 19ème arrondissement de Paris.
Née du désir d’habitants et d’associations du quartier de voir grandir un lieu qui allie agriculture urbaine et solidarité, La Ferme du Rail vise l’insertion de personnes précarisées.

Le projet intègre la construction d’un espace agri-urbain intégré comprenant :
– un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, une résidence sociale étudiants,
– des ateliers et une serre de production, une champignonnière et des espaces extérieurs cultivés, en permaculture, en aquaponie, en sac de culture et en agroforesterie
– un restaurant : ouvert au quartier, une cuisine abordable qui s’exprime en quelques mots : « Bien manger, mieux vivre. De bons produits, des fournisseurs locaux».

Les travaux se déroulent bien !

 

FOCUS sur l’atelier COMPOST :
L’activité du compost est née du besoin de créer pour la Ferme Du Rail des sols fertiles dans une logique d’économie circulaire et de création d’emploi pour les personnes qui en sont exclues.
20 structures sont actuellement collectées à vélo triporteur (financé par la Fondation) : 14 restaurants, 3 supermarchés bio, 1 fleuriste, 1 jardin partagé et 1 crèche.

Jardin sensoriel pour dans établissement médico-social

La Fondation Armée du Salut gère des établissements et services proposant une prestation de qualité en direction des usagers de l’action sociale et médico-sociale, dans les champs de la protection de l’enfance, du handicap, de la déficience, de la dépendance, du soutien, de l’accompagnement aux publics exclus, à la jeunesse, aux adultes handicapés, aux personnes âgées.

 

Le projet soutenu par la Fondation Georges TRUFFAUT se déroule dans la Résidence Boris ANTONOFF.

La plupart des personnes accueillies dans cet EHPAD a par le passé eu à entretenir un jardin ou faisait partie du domaine agricole.

De ce constat, la Fondation Armée du Salut a eu l’idée d’un projet de jardin sensoriel à visée thérapeutique. Cette approche à visée thérapeutique permettrait aux résidents de venir s’y promener, de prendre plaisir à redécouvrir le jardinage, mais aussi à éveiller les 5 sens (la vue, l’odorat, le toucher, l’ouïe et le goût) et ressentir du bien-être.

 

Aménagement de terrasse

L’association a pour but :

– d’œuvrer pour les personnes handicapées mentales. L’association doit mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour la défense morale et matérielle des personnes handicapées mentales, avec ou sans handicap associé, en vue de favoriser leur plein épanouissement.

– de rassembler, aider et soutenir les familles ayant un enfant, adolescent ou adulte handicapé mental, et leur donner les moyens d’exercer pleinement leurs responsabilités parentales.

– de favoriser l’intégration de la personne handicapée mentale dans tous les domaines, notamment dans le domaine professionnel.

 

Le projet se déroule dans l’IME Les Muriers. Il consiste en l’aménagement de terrasses en jardins à visée thérapeutique.

 

Les enfants, apprentis jardiniers

Le projet se déroule à l’EMPRO APEI SUD 92.

 

Le but est de mettre en avant des jeunes en leur proposant d’être les acteurs de ce projet d’année d’envergure et de leur permettre de découvrir et développer de nouvelles capacités techniques.

Sur l’année scolaire 2016, le projet a été de créer un jardin zen incluant les cinq sens du corps humain en utilisant de nombreux supports pédagogiques et d’apprentissage, encadré par différents professionnels éducatifs et pédagogiques.

Sur le long terme, pérenne et évolutif, le jardin zen aura une vocation thérapeutique offrant un lieu relaxant et apaisant, et un outil pour exprimer les sensations du corps.

Sur la continuité, régulièrement cet espace demandera un entretien plus spécifique par rapport aux jardins conventionnels, ce qui offrira un espace d’apprentissage avec de nouvelles techniques.

 

 

Sur l’année 2017/2018, la dynamique a été large : 2 jeunes du groupe découverte (14-16 ans), 4 jeunes du groupe apprentissage (16-18 ans), 2 jeunes du groupe insertion (18-20 ans).

Les professionnels acteurs du projet notent un véritable engouement et investissement des jeunes.

Exemple : un jeune qui depuis son accueil au sein de l’établissement exprimait peu de désir personnel et pour l’ensemble des activités proposées. Ce jeune s’est véritablement approprié le projet, il le surveille et ne manque aucune scéance. Il a pu dire que c’était son jardin.

A chaque scéance, les jeunes ont pu donner leur avis, exprimer leur choix et ainsi être véritablement acteur de la conception du projet jusqu’à sa réalisation. Ce projet à permis de travailler de façon transversale puisqu’il a été un support pédagogique pour la classe,un support éducatif pour l’activité bricolage et un support professionnel pour l’activité espaces verts.