Habitat, humanisme et végétal

Depuis 25 ans, pour répondre à l’exclusion et l’isolement des personnes en difficulté, Habitat et Humanisme Île-de-France agit en faveur du logement, de l’insertion et de la recréation de liens sociaux. L’association s’est donnée pour mission : – de personnes à faibles ressources, précarisées, d’accéder à un logement de qualité, adapté à leur situation et leurs ressources – de contribuer à une ville ouverte à tous, en privilégiant les logements situés dans des quartiers dynamiques – de proposer un accompagnement personnalisé ou collectif pour favoriser la recréation de liens et l’insertion sociale.

 

Habitat et Humanisme développe des approches différentielles et innovantes du logement pour répondre aux différentes problématiques de la précarité : l’habitat intergénérationnel. L’ambition de l’antenne Grand-Saint-Germain consiste à optimiser au niveau social les conditions d’un « vivre ensemble » de qualité entre les habitants. Pour cela, l’amélioration du jardin est au centre du projet (potagers partagés, ateliers …).

 

 

Biodiversité végétale et humaine

Dans le cadre de sa mission d’animation et de pédagogie, l’équipe pédagogique du château de Vincennes souhaite renouer avec la tradition du jardin médiéval et proposer à ce titre un espace horticole d’interprétation (Ci-après le «  Projet »). Le Projet se compose de deux espaces : un jardin d’inspiration médiévale dans la cour du donjon ainsi qu’un jardin dans les douves.

 

Pour ce faire, le CMN a choisi de travailler en partenariat avec l’ESAJ, , l’école supérieure d’architecture des Jardins et des paysages,  qui a la charge dessiner les plans du jardin, l’ESAT de Montreuil, qui s’occupera de l’entretien du jardin, l’Association des Jardins Suspendus, qui participera à la construction et aux plantations ainsi que Confluences, association loi 1901, qui aura en charge de créer une jachère fleurie.

 

La mise en œuvre du Projet se fera en mettant au premier plan de ses considérations la biodiversité et le développement durable. Du fait de ses visées tant pédagogiques que thérapeutiques, le Projet permettra d’aborder de nombreux sujets avec les publics scolaires et de mener des ateliers sensoriels pour les publics handicapés.

éduquer les ados aux bonnes pratiques alimentaires

L’association a pour but de favoriser la réalisation de jardins en milieu urbain par l’intermédiaire de la végétalisation des toitures, façades et de tout espace urbain ainsi que la récupération de l’eau de pluie et toutes activités orientés vers le développement durable. Et plus généralement, toutes opérations se rapportant directement ou indirectement à l’objet social et/ou susceptible d’en faciliter l’extension par le développement d’animations, d’ateliers ou formations liés à la vocation de l’association.

 

Le projet se déroule dans la ferme école sur le toit du collège Flora Tristan (Paris), une surface non utilisée de 2000 m² de production agricole et horticole. Seront mis en place des techniques sur substrat organiques (permaculture, maraichage bio intensif) et hors sol (hydroponie, aéroponie, aquaponie, bioponie), des petits élevages et des espaces de formation et de transformation alimentaire (laboratoire aux normes pour la transformation, la mise sous emballage).

 

Ce projet a pour but d’éduquer les adolescents et jeunes adultes aux bonnes pratiques alimentaires et à une consommation qui favorise une agriculture durable : consommer bio, local de saison et limiter grignotage et gaspillage alimentaire. En se déployant sur le toit d’un collège en ZEP d’un quartier difficile, le projet a aussi pour but de limiter le décrochage scolaire et de susciter des voies professionnelles agricoles ou agroalimentaires chez des jeunes en difficulté.

Création végétale par les enfants

L’association a pour mission principale d’accompagner dans leur quotidien et dans les domaines de l’éducation, la rééducation, le soin et la pédagogie, des enfants, adolescents et adultes ayant une déficience motrice ou étant polyhandicapé.

 

Dans le cadre des activités d’hortithérapie, l’association souhaite mettre en place un jardin sensoriel. Ce jardin serait conçu avec des adolescents du groupe et un intervenant extérieur. Il profiterait à toutes les personnes accueillies au sein de l’institut de rééducation et d’éducation motrice (soit 6è personnes accueillies). Ce parcours se composerait de plusieurs bacs de couleur, avec des objets de décoration faits pas les enfants et des végétaux.

Solliciter les émotions

Le Rayon d’Argent a pour ‘objectif est de contribuer au bien-être des personnes accueillies dans les résidences Saint François et Saint Romuald qui dépendent du Centre Hospitalier Compiègne-Noyon.

 

La résidence dispose d’un jardin fermé. Cependant, celui-ci ne permet pas de répondre aux besoins et attentes des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés.

Ce jardin va permettre de solliciter et de maintenir les émotions, la parole des résidents ainsi que les différentes mémoires. Il contribuera au maintien de l’orientation spatio-temporelle, grâce à des plantations qui suivent le déroulement des différentes saisons. Enfin, il permettra de prévenir et diminuer les troubles psychologiques et comportementaux, notamment les comportements de déambulation.

Handicap et jardinage : c’est possible

En 2017,  l’association a lancé le projet « Handicap et  jardinage : c’est possible » pour lequel la fondation a déjà apporté son soutien financier.

Une partie du site a été aménagé avec des bacs surélevés pour un  travail debout ou en fauteuil et la maison des jardiniers a été rendue accessible à tous.

A ce jour, le projet entame sa dernière phase. La zone dédiée est quasiment  terminée, les  tables de travail sont opérationnelles, les sanitaires sont accessibles au  PMR.

Jeunes pousses pour personnes âgées

L’association a notamment pour objet de :

– favoriser le maintien des personnes âgées dans leur cadre de vie et leur territoire tout en ralentissant leur perte d’autonomie,

– promouvoir la mixité sociale et intergénérationnelle dans un cadre convivial.

 

L’objectif du projet est d’installer dans le jardin de la résidence, une petite serre en hauteur pour les jeunes pousses et les plants fragiles, acheter des outils, des bacs en hauteur, des récupérateurs d’eau, et du mobilier de jardin pour 30 places assises. Les 29 résidents sont majoritairement issus de territoires ruraux. Ils aimeraient jardiner et manger les légumes de leurs productions, se retrouver au grand air pendant les périodes tempérées de l’année comme ils l’ont toujours fait.

Verger bio pour une vie plus naturelle

La FFBS a pour but de favoriser l’insertion et la réinsertion socio-professionnelle des publics jeunes et adultes et d’accompagner l’entreprise dans son adaptation à l’environnement socio-économique. Elle entend contribuer par le biais de ses activités à la prévention et à la réparation de ruptures professionnelles et sociales. Elle met en œuvre 5 chantiers d’insertion et des dispositifs de formation dans les domaines suivants : espaces verts, aide à la personne et vente.

 

Le projet soutenu consiste à réhabiliter le Verger de Sillery, de le nettoyer, de replanter des espèces anciennes d’arbres fruitiers, de l’entretenir et de procéder à la certification bio du verger.

En même temps, créer des ateliers pédagogiques pour les Usagers de la Fondation afin qu’ils se forment à l’arboriculture et s’intègrent socialement et profitent des bienfaits du verger.

Les salariés de la Fondation (300 personnes) profiteront du verger  pour des promenades et pour la consommation des fruits bio. D’autres visites sont envisageables comme celles des scolaires de la ville d’Epinay-sur-Orge et plus largement des habitants de l’Essonne et des franciliens. Des ventes de fruits bio pourront être organisées en lien avec les réseaux de paniers bio.

Le jardin gingko

L’association L’ADAPT, créée en 1929 et reconnue d’utilité publique en 1934, a pour objectif l’insertion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap. En exprimant haut et fort ses valeurs humanistes (dignité, respect, liberté, égalité), L’ADAPT compte poursuivre ses actions centrées autour de la Personne, envisagée dans son intégrité comme dans sa globalité

 

Le projet « Le jardin Gingko » est lieu d’échange, de partage, d’apprentissage et de repos. Ouvert sur certaines sessions uniquement aux personnes en situation d’handicap (tout type de handicaps), sur d’autres créneaux, il sera question de mixité, et de rencontres entre personnes de tous âges et de toutes catégories socio-professionnelles. Ce jardin partagé urbain est un lieu de partage, de rencontres et de remobilisation, permettant l’inclusion au cœur de la cité et la sensibilisation à l’environnement.

Permaculture urbaine et solidaire

L’association a pour but de favoriser l’insertion et la réinsertion socio-professionnelle des publics jeunes et adultes et d’accompagner l’entreprise dans son adaptation à l’environnement socio-économique. Elle entend contribuer par le biais de ses activités à la prévention et à la réparation de ruptures professionnelles et sociales. Elle met en œuvre 5 chantiers d’insertion et des dispositifs de formation dans les domaines suivants : espaces verts, aide à la personne et vente.

 

Dans un contexte où la Ville de Paris a pour objectif de dédier 33 hectares à l’agriculture urbaine d’ici 2020, celle-ci a lancé un appel à projet de permaculture sur une parcelle de la Ferme de Paris (située dans le Bois de Vincennes).

Le groupement, composé de l’association Interface Formation (mandataire), du collectif Cultivons la Ville et de l’entreprise TOPAGER, a été désigné lauréat et a signé une convention d’occupation de 10 ans en octobre 2017 avec la Mairie de Paris. Le Potager du Bois est un projet de permaculture urbaine et solidaire sur une parcelle de 3 500 m². Ce projet sera totalement durable, depuis l’aménagement du site jusqu’à la commercialisation de la production.